Vers un scrutin à la proportionnelle?

Le 2 mars 2017, au terme de son alliance avec François Bayrou, Emmanuel Macron s’était engagé à introduire une dose de proportionnelle.  

Le mode de scrutin peut être modifié par une loi ordinaire mais Selon l’article L. 567-1 du code électoral, « il ne peut être procédé à une modification du régime électoral ou du périmètre des circonscriptions dans l’année qui précède le premier tour d’un scrutin ».

Introduire une dose de proportionnelle pour les élections législatives de juin 2022 supposerait donc de faire voter une modification du mode de scrutin avant juin 2021, ce qui parait impossible compte tenu de l’agenda législatif.  

Le jeudi 4 février 2021, François Bayrou a adressé une lettre à Emmanuel Macron pour défendre la proportionnelle, y compris par référendum.  

LA POSITION DES RÉPUBLICAINS EST CLAIRE.  

Nous pensons que la crise de la démocratie représentative est d’abord une crise de résultats. La priorité est de s’attaquer avec courage aux grands défis que notre pays doit relever, pas de tripatouiller les règles électorales.  

Nos voisins européens (aussi bien en Italie qu’en Belgique) ont offert récemment le spectacle d’une paralysie institutionnelle dont la Ve République nous protège.

Il serait absurde de fragiliser ce que la Ve République et le scrutin majoritaire garantissent encore : un président, un gouvernement et une majorité choisis clairement par les Français pour gouverner et légiférer de manière stable pendant cinq ans. Nous serions à nouveau victimes de ce travers national consistant à changer ce qui fonctionne pour ne garder que ce qui ne marche pas.

Le général de Gaulle nous a débarrassés de la proportionnelle et de l’instabilité gouvernementale de la IVe République. 63 ans plus tard, Emmanuel Macron prendrait le risque de réintroduire la proportionnelle.  

La proportionnelle et un redécoupage électoral contribueraient à éloigner les Français de leurs représentants, particulièrement dans les territoires ruraux.  

Étiquettes :
, ,