Un soldat français tué au Mali

Le Brigadier Alexandre Martin du 54ème régiment d’artillerie de Hyères a été tué samedi au Mali, lors d’une attaque au mortier du camp militaire de l’Opération Barkhane à Gao.

Sa mort survient alors que mardi dernier, quatre soldats français avaient été blessés au Burkina Faso lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule.

Alors qu’il y avait eu en 2021 trois morts au combat et un mort par accident parmi les militaires français déployés au Sahel, c’est le 53ème militaire tué au combat dans la région depuis 2013.

Nous saluons la mémoire du brigadier Alexandre Martin, mort pour la France au Mali dans sa mission de lutte contre le terrorisme islamiste, et adressons nos condoléances à sa famille et à ses frères d’armes.

Le sommet des ministres des affaires étrangères de l’UE, le 14 janvier, a démontré l’isolement de la France au sujet du Mali, ce qui n’est pas une surprise, compte tenu des errements d’Emmanuel Macron sur le maintien ou pas de l’armée française sur place.

Avant Noël, Emmanuel Macron laissait régulièrement entendre que le report des élections maliennes prévues initialement en février et surtout l’arrivée du groupe Wagner (groupe de mercenaires piloté par Moscou) seraient “une situation inacceptable” pour la France. Alors qu’il faisait entendre qu’un retrait était donc envisageable, aujourd’hui il semble privilégier plutôt l’option du maintien de l’armée française au Mali. 

La réalité est que la France est extrêmement seule dans ce dossier. La présence des mercenaires russes de la force Wagner et le manque de visibilité à long terme sont autant d’arguments qui poussent les Européens à vouloir quitter le Mali. A Brest, la ministre suédoise Ann Linde a annoncé le non-renouvellement du mandat des troupes suédoises (une centaine), au sein de Takuba. D’autres pays pourraient suivre. Les débats en ce sens vont gagner en intensité à Berlin, alors que le Bundestag doit renouveler pour sa part, en mai, le mandat encadrant le déploiement de soldats allemands au Mali (environ 1 300).

Le conflit au Mali s’enlise et Emmanuel Macron est incapable de convaincre les Européens de soutenir la position française, qui n’est pas ailleurs pas très claire, compte tenu des errements de la doctrine du président français en la matière. C’est encore un échec pour la diplomatie française qui fragilise encore un peu plus la place de la France dans l’Europe et dans le monde.

Étiquettes :
,