Question écrite par Bernard Brochand

Survie de la petite pêche côtière : Bernard Brochand interpelle le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Monsieur Bernard Brochand attire l’attention de M. le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur les difficultés budgétaires rencontrées par les petits pêcheurs côtiers en cette période de crise sanitaire. En effet, depuis le début du confinement, la fermeture des restaurants et de nombreux marchés a privé la pêche française de 50 % de la consommation intérieure en France et provoqué une chute des cours qui a amené une immense majorité des équipages à rester à quai.  

Alors que le Gouvernement vient d’annoncer des aides spécifiques aux pêcheurs Français, les grands oubliés sont une nouvelle fois les petits pêcheurs côtiers dont l’activité est gravement mise en péril. En effet, les inégalités structurelles du secteur de la pêche se sont très largement accentuées ces dernières semaines et les aides présentées par le Gouvernement pour aider cette filière vont principalement favoriser la pêche industrielle au détriment des petites structures.  

Pour rappel, la petite pêche côtière représente 73% de la flotte française, 52% des emplois de ce secteur et 22% des captures de poissons. Elle est la seule capable d’assurer la protection de l’océan en raison de son ancrage territorial, de sa connaissance des écosystèmes marins locaux et ses méthodes de pêche douces non destructrices et écoresponsables, contrairement aux chalutiers qui râclent tout sur leur passage et laissent les côtes sans poissons. Or ses représentants ne sont pas associés à toutes les discussions gouvernementales les concernant.

Aussi, il demande au Gouvernement quelles mesures économiques il compte prendre pour aider la petite pêche côtière et empêcher sa disparition et s’il envisage d’associer ce secteur spécifique à toutes les discussions concernant l’ensemble de la filière afin qu’il devienne un interlocuteur représentatif d’une majorité des emplois Français en matière de pêche.