SEULS LES MAIRES PEUVENT SAUVER LA RÉPUBLIQUE

Monsieur le Député Bernard Brochand a souhaité faire part de son inquiétude vis-à-vis des premiers résultats rendus par la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) qui mesure avec l’institut OpinionWay, l’évolution de la protestation électorale. Il s’agit d’une étude qui sera rendue tous les 6 mois jusqu’aux présidentielles de 2022 et qui évaluera le niveau du vote protestataire.

Bernard Brochand renouvelle le constat que le temps est au rejet des politiques. Trois français sur quatre sont tentés par un vote antisystème : voter pour les extrêmes, voter blanc ou s’abstenir. Les électeurs ne se retrouvent plus dans la politique actuelle et sont déconnectés de leurs élus. Même si les élections municipales suscitent le plus de réactions et que le taux de participation reste le plus fort après les présidentielles, il est temps de réagir et de redonner toute l’essence au pouvoir locale. Cette action sera l’acte qui marquera un renouveau de la confiance des électeurs et ravivera l’esprit républicain.

Monsieur le Député rappelle qu’en moyenne, 62 % des français sondés ont une opinion positive de leur maire et que cette fonction est le maillon indispensable de la chaine qui relie la population à ses dirigeants politiques. Cette popularité indiscutable doit leur permettre d’être des acteurs fondamentaux pour l’avenir de notre pays. SEULS LES MAIRES PEUVENT SAUVER LA RÉPUBLIQUE !

Monsieur le Député s’attriste qu’aujourd’hui, il y ait une crise des vocations : une partie importante des maires ne souhaite pas se représenter aux élections ! Le manque de considération du pouvoir en place à l’égard des maires ainsi que la suppression progressive de leurs principales prérogatives ont accentué ce phénomène : les maires se sentent abandonnés, laissés pour compte face à la colère de leurs administrés qui ne se reconnaissent plus en eux, en première ligne du mécontentement général, désarmés et dans l’impossibilité de répondre à leurs attentes. Les maires font aujourd’hui l’objet de toutes les frustrations.

Bernard Brochand demande à nouveau au gouvernement, à ce que les pouvoirs des maires soient renforcés. Le logement devrait être une politique pleinement décentralisée, au lieu de cela, la loi NOTRe et la loi ELAN ont dépossédé les communes en leur retirant toute possibilité de choisir leur avenir. Elles leur ont ôté les compétences relatives à l’aménagement, aux permis de construire, à l’habitat (HLM), au développement économique, à l’assainissement et la collecte des ordures ménagères en les confiant aux EPT (établissement public territorial). Les maires devraient être souverains dans leurs communes, pouvoir gérer en plein exercice, le transport, la mobilité, l’environnement, le sport, la culture…

Monsieur le Député rappelle également qu’après avoir considérablement réduit le domaine d’intervention des maires, le Président de la République a décidé de supprimer le nerf de la guerre, en annonçant la fin de la taxe d’habitation source principale de financement de leurs projets. La baisse des dotations décidée sous la Présidence de François Hollande et durant la première année de mandat d’Emmanuel Macron représente 20% d’investissement public en moins. Ainsi, comment préparer un budget équilibré pour nos communes sans la compensation promise par le gouvernement. Si elle n’arrive pas ce sera un désastre économique pour nos territoires. Arrêtons les paroles, passons aux actes pour défendre et rendre aux maires le rôle central qu’ils doivent jouer au niveau national. Il est temps d’agir !

Il faut le dire haut et fort, les maires de nos 35 497 communes accompagnés dans leur tâche par 499 102 conseillers municipaux, méritent mieux ! tous sont élus au suffrage universel ce qui leur donne toute légitimité pour agir au sein de leur cité ! Ils représentent la France dans toute sa diversité et doivent permettre de rétablir le lien social entre les citoyens et la classe dirigeante de notre pays. C’est à eux de jouer et nous devons les soutenir dans leur action.

Étiquettes :