Rejet de l’application Stop-Covid par les Républicains

Le 27 mai, se tient au Parlement un débat sur la stratégie du gouvernement relative aux innovations numériques dans la lutte contre l’épidémie de covid-19. 

Ce débat porte notamment sur l’application pour smartphones StopCovid, censée aider à lutter contre l’épidémie de coronavirus en traçant les « cas contacts ». Concrètement, il s’agit, pour une personne infectée par le virus d’alerter automatiquement tous les utilisateurs avec lesquels elle a eu un « contact prolongé » à moins d’un mètre et durant plus de quinze minutes, afin qu’ils se fassent tester à leur tour. 

La CNIL a validé le concept de l’application dans un avis du 26 mai en justifiant cette validation par le fait que l’application n’a aucun caractère obligatoire. 

QUELQUES CHIFFRES : 

A Singapour, où une application équivalente a été mise en place, seulement 16% de la population y a eu recours.

Pour que l’application soit efficace, il faudrait que 80% des Français l’utilisent. En France, seulement 77% de la population a un smartphone et cette proportion baisse à 44% pour les personnes de plus de 70 ans. 

La position des Républicains est ferme.

La mise en place d’une telle application soulève d’importantes questions sur la protection de la vie privée et des libertés individuelles.

Alors que le déconfinement est déjà bien entamé, l’application n’est toujours pas prête et ses contours restent flous. Cela ne peut que nous inquiéter : une application de tracking telle que proposée pose des questions financières, juridiques, éthiques et sociétales importantes. De surcroît, il apparaît évident que l’efficacité de cette application sera négligeable compte tenu de son caractère facultatif et du fait qu’elle arrive beaucoup trop tard.

Au regard des enjeux que l’application soulève et des risques qu’elle entraîne pour nos libertés, les Républicains ne sont pas favorables à la mise en place d’une telle application.

Étiquettes :
, ,