Projet de loi Bioéthique : pourquoi je m’abstiens

Aujourd’hui à l’Assemblée Nationale a eu lieu, en première lecture, le vote du Projet de Loi sur la Bioéthique.  Même si certains articles vont dans un sens positif, conforme à l’évolution naturelle de notre société, comme par exemple ceux concernant les dons d’organes, d’autres laissent apparaître trop d’incertitudes et de questions sans réponse.

En effet, les orientations qui nous sont proposées laissent peser un doute certain sur les véritables intentions du Gouvernement. Il en va notamment du Titre premier du Projet de Loi. Celui-ci élargit l’accès aux technologies déjà disponibles en matière de procréation.

Les dispositions qu’il contient entraineront un bouleversement complet des pratiques qui étaient jusqu’à présent appliquées et qui concernaient seulement les personnes infertiles.

Il s’agit bien là d’une transformation profonde des us et coutumes de nos société et en particulier de la société française et qu’il me soit permis de poser la question de savoir si les parlementaires sont les mieux qualifiés pour se prononcer sur un tel sujet.

Il en va de même sur la possibilité, sans condition, d’accéder aux informations au tiers donneur ainsi qu’à l’identité de ce dernier.

Il me semble que la précipitation doit être écartée dans ce genre de décision pour laisser place à la concertation. Or, il convient de reconnaître que celle-ci est le grand absent de ce débat.

Nos dirigeants et particulièrement le premier d’entre eux convoquent de multiples débats au cours desquels les citoyens peuvent exprimer leur opinion et participer ainsi à un véritable phénomène de démocratie participative.

Le Gouvernement serait bien inspiré de mieux prendre le pouls du corps social de la Nation et de la laisser s’exprimer par la seule voie qui devrait être utilisée pour ce genre de décision, à savoir, le Referendum, expression de la volonté Nationale, qui, en l’occurrence cette fois-ci, ne devrait pas être déléguée à ses Représentants.   

Sous couvert de motifs généreux comme le don d’organes, le Gouvernement cherche insidieusement à contenter des lobbies sous prétexte que ces derniers lui plaisent ou qu’ils font preuve d’autorité.

Étiquettes :
,