Polémique sur la construction d’une école musulmane à Albertville

Le maire de la commune d’Albertville, Frédéric Burnier-Framboret (sans étiquette) s’est vu contraint cette semaine, par le tribunal administratif de Grenoble, de délivrer le permis de construire d’une école privée musulmane de la confédération islamique Millî Görüs. Il avait déposé un recours visant à faire annuler le permis de construire sur le fondement du Code de l’urbanisme, « le seul moyen législatif » à sa disposition selon lui. Il pense aujourd’hui faire appel.

Le projet de l’association vise à accueillir près de 400 élèves (soit le quart des écoliers de la commune) dans une école musulmane accolée à une mosquée. Le préfet de Savoie s’est élevé contre le projet de construction « démesuré et séparatiste ».

Cette association proche d’Erdogan est aussi à l’origine d’un projet de mosquée de Strasbourg, pour laquelle la municipalité écologiste a voté le 22 mars le principe d’une subvention de plus de 2,5 millions.

Les chiffres de la montée de l’islamisme en France

Terreau islamiste : selon une enquête de l’IFOP de septembre 2019, la radicalisation de l’islam s’accélère. 37% des musulmans résidant en France veulent que la laïcité s’adapte à l’islam (+ 8 points en huit ans), parmi lesquels 49% des jeunes musulmans de moins de 25 ans (+ 22 points en huit ans). 27% des musulmans résidant en France souhaitent que la charia s’impose aux lois de la République, parmi lesquels 41% des musulmans de nationalité étrangère.

La France a été le premier pourvoyeur de djihadistes en Europe : 40% des Européens partis faire le djihad en Syrie et en Irak étaient de nationalité française. Par ailleurs, la France compte sur son sol: 3391 étrangers inscrits au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste qui ne sont pas expulsés.  Les prisons françaises comptent quelque 500 condamnés pour faits de terrorisme en lien avec l’islam radical et plus de 1100 détenus de droit commun signalés pour radicalisation (dont 700 sont fichés au FSPRT). 146 terroristes sortiront de prison d’ici 2022.

 Sur les 215 djihadistes adultes revenus en France après être partis faire le djihad en Syrie depuis 2012, 148 sont écrouées et 67 ne sont pas ou plus derrière les barreaux (ministère de la Justice, au 8 juillet 2019). Dans une interview au Parisien le 28 septembre 2020, Eric Dupond-Moretti déclare être favorable au retour des djihadistes : « Il faut les juger en France. C’est ce que je disais quand j’étais avocat. »

Mosquées islamistes : selon le gouvernement, 15 lieux de culte ont été fermés. D’après L’Express, ces lieux sont souvent fermés pour des motifs de sécurité ou vétérinaires et non pour les motifs inhérents à la menace islamiste. En réalité, depuis la sortie de l’état d’urgence (le 30 octobre 2017), seules 8 mosquées ont été temporairement fermées en raison de leur extrémisme.  La France compte pourtant au moins 100 mosquées extrémistes.

La position des Républicains est claire! Ce projet est contraire à la République française. Une association qui est financée par une puissance étrangère, qui refuse de signer la charte de la laïcité et qui porte une vision de l’islam politique ne doit pas pouvoir imposer ses projets d’islamisation de la jeunesse française.

Il est complètement absurde, qu’à l’heure où le Parlement débat d’un texte renforçant les valeurs de la République, le gouvernement ne réagisse pas. Cette instrumentalisation des droits et des valeurs de notre République est dangereuse.

Nous refusons toute dérive communautaire et appelons le gouvernement à intervenir, à mettre fin à une polémique qui n’a pas lieu d’être et à prendre tous les actes juridiques nécessaires contre une association qui ne respecte pas la République française et ses valeurs.

Pour garantir la laïcité dans le cadre scolaire (présentées le 14 avril prochain lors de la Convention “Ecole et jeunes”) , il est indispensable de :

Mettre fin sans délai aux fonctions d’une personne qui, travaillant dans un établissement scolaire, serait en voie de radicalisation ou adhérerait manifestement à des thèses antirépublicaines. Pour ce faire, nous proposons d’élargir le dispositif prévu à l’article L. 114-1 du code de la sécurité intérieure, permettant de procéder à une enquête administrative avant et après embauche pour les personnes occupant des emplois dans le domaine scolaire et périscolaire.

-Conditionner la prise de fonction des personnels de l’éducation nationale à un serment d’adhésion aux valeurs de la République afin de donner une dimension légale et symbolique à la portée particulière des fonctions qu’il exerce.

Interdire le voile des accompagnants scolaires. Il faut considérer que les sorties scolaires se déroulent dans le cadre scolaire et doivent donc respecter les mêmes règles que celles de l’école.

Nos propositions pour vaincre l’islamisme, garantir l’autorité de l’Etat et assurer la cohésion nationale : 2020-11-17-lR-convention-autorite.pdf (republicains.fr)

Étiquettes :
, ,