Point sur la crise sanitaire

Derniers chiffres

Le lundi 22 février, on comptait en France 4 646 nouveaux cas confirmés de Covid-19 ces dernières 24 heures. On compte 84 639 décès depuis le début de l’épidémie (+ 334 en 24 heures).

La France est le 22e pays au monde le plus touché par l’épidémie avec une mortalité de 1 294 décès par million d’habitants (alors que l’Allemagne est le 44e pays avec 819 décès par million d’habitants).

Au 20 février, la France comptait 2,56 millions de personnes ayant reçu une première injection et 1,16 million de personnes entièrement vaccinées. 

En nombre absolu de doses de vaccin administrés, le Royaume-Uni en compte aujourd’hui 18,2 millions, Israël 7,3 millions, l’Allemagne 5 millions, et la France 3,7 million (la France a actuellement près d’un million de doses de vaccin non utilisées ; nous sommes l’un des seuls pays d’Europe où la vaccination ralentit massivement le weekend).

La progression des variants inquiète dans plusieurs régions, comme en Moselle, autour de Dunkerque, ou à La Réunion.

De plus en plus exposée au virus, la ville de Nice connaît un taux d’incidence trois fois plus important que dans le reste de la France (700 cas positifs pour 100 000 habitants, contre 190 en France), et 10% des tests de dépistage sont positifs (contre 6% pour l’ensemble de la France). Un confinement local a été décrété ce lundi 22 février pour toute l’aire urbaine du littoral des Alpes-Maritimes durant les 2 prochains week-ends, afin de freiner la propagation du virus. 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé jeudi le passage de sept à dix jours de la période d’isolement pour les personnes contaminées, pour faire face aux risques posés par les variants. D’après Martin Hirsch (AP-HP), le variant anglais concerne quasiment un patient hospitalisé sur deux en Île-de-France.P

Contrairement à ce que déclarait Olivier Véran, la vaccination est bien une course contre la montre contre le virus. Tout doit être fait pour en accélérer la cadence.

Le confinement est toujours un constat d’échec et une solution de dernier recours. Nous appelons depuis des mots à une territorialisation des mesures sanitaires. Si le gouvernement ne se donne pas d’autre choix que de reconfiner, alors il devra des explications aux Français.

Il devra surtout démontrer que tout est mis en œuvre pour qu’il ne soit pas à nouveau contraint de recourir au confinement quelques semaines plus tard : renforcement des capacités hospitalières avec déploiement d’hôpitaux éphémères, déploiement de tests massifs (notamment les tests salivaires et les auto-tests), véritable contrôle des frontières avec dépistage et isolement obligatoire pour ceux qui débarquent sur notre sol et surtout forte accélération de la vaccination avec l’appui des collectivités locales et de l’armée.N

Les Républicains sont forces de propositions:

Il nous faut:

RENFORCER EN URGENCE DE NOS CAPACITÉS HOSPITALIÈRES

– Ouvrir en urgence des hôpitaux éphémères, comme cela a été fait en Israël ou au Royaume-Uni.

– Mobiliser les étudiants en médecine, les médecins retraités et le service de santé des armées.

– Créer un corps d’auxiliaires de santé qui après une formation de trois semaines pourrait soutenir le personnel soignant dans les tâches non-spécialisées (brancarder, nourrir ou tenir compagnie) et former des aides-soignantes et des infirmières pour seconder les médecins et les internes.

ACCÉLÉRER LA CAMPAGNE DE TESTS ET ISOLER LES PERSONNES INFECTÉES

– Déployer massivement les tests antigéniques, notamment dans les écoles et dans les aéroports.

– Autoriser les auto-tests et accélérer la mise en œuvre des tests salivaires comme aux États-Unis.

– Isoler réellement les personnes infectées.

– Contrôler les frontières y compris avec les États membres de l’Union européenne (test et isolement obligatoires). Dépister régulièrement le personnel soignant et les enseignants et contrôler la température des élèves à l’entrée des établissements.

METTRE EN PLACE UNE VRAIE STRATÉGIE DE VACCINATION

– Négocier l’achat des licences des vaccins pour en produire massivement sur notre sol.

-Autoriser plus vite les autres vaccins efficaces en s’alignant sur les décisions des agences britannique, américaine ou canadienne.

– Décentraliser la mise en œuvre de la stratégie vaccinale en lien étroit avec les collectivités territoriales, en particulier avec les mairies, afin d’ouvrir des centres de vaccination dans tout le territoire.

– Mobiliser l’armée pour le déploiement logistique de la campagne de vaccination.

– Permettre à tous les professionnels de santé d’administrer le vaccin (médecins, pharmaciens, infirmiers).

Étiquettes :
,