Mécontentement et manifestations des agriculteurs

Ce mercredi 27 novembre, les agriculteurs étaient mobilisés pour dénoncer les négociations commerciales avec la grande distribution, les accords de libre-échange de l’Union européenne, et l’agribashing. À l’initiative de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, des tracteurs ont bloqué les grands axes routiers français et un convoi de plus de mille véhicules a convergé vers Paris.

POSITION DES RÉPUBLICAINS : Il est temps de prendre la mesure de la crise que traversent les agriculteurs français : 1 agriculteur sur 3 a un revenu mensuel inférieur à 350 € par mois et ne peut vivre dignement de son travail. Ils sont également considérés comme des « méchants pollueurs » et font parfois l’objet d’agressions de la part d’activistes extrémistes. Pourtant, la qualité de leurs produits est incontestable, et ils respectent des normes environnementales beaucoup plus contraignantes que chez certains de nos concurrents européens et internationaux.

Emmanuel Macron ne prend pas la mesure de la crise agricole : il n’a pas défendu le budget de la PAC à Bruxelles ; il a ratifié le CETA qui présente des risques sanitaires réels pour les consommateurs français et livre nos éleveurs à une concurrence déloyale ; il a augmenté massivement les charges sociales AMEXA sur les agriculteurs indépendants en 2018 ; il a défendu des arrêtés municipaux illégaux pour interdire tous les produits phytosanitaires ; il a fait voter une loi (EGALIM) totalement inefficace.

NOS PROPOSITIONS : Nous proposons d’instaurer une barrière écologique aux frontières de l’Europe pour taxer les produits provenant des pays qui ne respectent pas les mêmes normes environnementales que nous.

Nous voulons également une baisse de charges et la fin de la surtransposition des normes européennes en France, pour stopper la concurrence déloyale à l’intérieur de l’UE.