L’Assemblée Nationale se réunissait ce matin en effectif réduit pour voter l’état d’urgence sanitaire

Lors de cette séance du 19 mars 2020, Damien Abad, Président du Groupe qui représentait l’ensemble des députés LR, a interpellé le Premier Ministre à travers la question suivante :

« Monsieur le Premier Ministre,

Le mot d’union nationale claque comme un drapeau. Comme celui qui est arboré ce matin à l’entrée de notre Assemblée. Comme celui qui flotte dans chacune de nos communes. Comme celui qui anime le cœur des Français dans ces temps troublés. Confinés, mais pas résignés, les Français luttent en restant chez eux.

C’est ce même esprit de responsabilité et ce même sens du devoir qui doit nous animer, nous députés de la nation et porte-drapeaux de cette France hospitalière qui mérite notre reconnaissance, notre soutien et notre mobilisation pleine et entière.

Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour sauver des vies et sauver des emplois.

Sauver des vies monsieur le premier ministre, c’est relever le défi sanitaire d’une France médicale en manque de moyens. Cette France médicale, elle manque de masques, de lits de réanimation, de médicaments. Elle manque d’explications sur les retards de livraison.

Elle manque de vérité.
Faire la vérité sur ces éléments, comme le fait très bien chaque jour le directeur général ou le ministre de la santé sur la situation sanitaire de notre pays, ce n’est pas polémiquer.

Notre devoir de gouvernants est d’être transparents.

Ainsi, le gouvernement pourrait-il envisager un point journalier du haut fonctionnaire de défense du Ministère de l’Intérieur ou du ministre lui-même, en lien avec nos 127 préfets, afin de présenter chaque jour un état des lieux précis de la production, de l’approvisionnement et de la livraison du matériel médical, et notamment des masques ?

Ces masques qui manquent également à nos policiers, nos pompiers ou encore nos services d’aide à domicile ou dans nos EHPAD.

Responsabilité et vérité, voilà ce que nous devons aux Français.

Monsieur le premier ministre, devant une épidémie d’une telle ampleur, il n’y a pas seulement une majorité et une opposition. Il y a surtout une Assemblée nationale unie et rassemblée.

Tout simplement parce que face au coronavirus nous ne gagnerons que collectivement. »

Le Premier Ministre s’est dit ouvert à cette proposition de point journalier sanitaire du Directeur de la Santé auquel s’ajouterait le point journalier administratif du Ministère de l’Intérieur.