La barbarie islamiste touche de nouveau la France

Vendredi 23 avril, une policière du commissariat de Rambouillet a été tuée lors d’une attaque au couteau.

Son assassin, un homme de nationalité tunisienne, était rentré clandestinement en France en 2009 avant d’être régularisé en 2019. La Parquet national antiterroriste a été saisi de l’affaire et l’enquête révèle que l’acte était prémédité et que l’homme avait commencé à adhérer à l’idéologie islamiste à l’automne 2020, mais il n’avait « pas été détecté » comme étant « porteur de menaces », selon le coordonnateur national du renseignement Laurent Nuñez.

Le ministre de l’Intérieur présentera en Conseil des ministres, mercredi 28 avril, un projet de loi relatif à la prévention des actes terroristes et au renseignement. Il sera présenté en juin à l’Assemblée nationale.

La lutte contre l’islamisme est l’angle mort du quinquennat d’Emmanuel Macron. Depuis 2012, la barbarie islamiste a fait plus de 260 victimes sur notre sol. Sur les 24 terroristes ayant participé à une attaque meurtrière, les trois quarts étaient fichés pour radicalisation (19) et un quart était de nationalité étrangère (7).

En réponse à la menace islamiste, le gouvernement n’a pris aucune mesure de bon sens :

* Emmanuel Macron a décidé de sortir la France de l’état d’urgence par la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT) du 1er novembre 2017. Depuis la sortie de l’état d’urgence :

– Seulement 143 perquisitions antiterroristes contre 4 600 perquisitions administratives sous l’état d’urgence.

– Seulement 209 assignations à résidence (56 sont en vigueur) contre 750 sous l’état d’urgence.

– Seulement 8 fermetures de mosquées salafistes (aucune n’est en vigueur) alors qu’il en existe au moins une centaine.

* Le gouvernement n’a expulsé que 114 étrangers fichés pour radicalisation (inscrits au FSPRT) sur 4000 c’est-à-dire que dont 97% sont encore sur notre sol.

* Il a fait rentrer 215 djihadistes adultes de Syrie et d’Irak depuis 2012 dont 67 sont en liberté. Le gouvernement britannique a eu le courage de déchoir de leur nationalité plus de 150 djihadistes pour empêcher leur retour.

* Il continue à nier tout lien entre l’immigration incontrôlée et le terrorisme alors que nos capacités d’intégration sont saturées et cette pression migratoire excessive nourrit le communautarisme.

* Le gouvernement a étendu la réunification familiale aux frères et sœurs des réfugiés mineurs dans la loi asile et immigration d’avril 2018.  

Les grands discours et les demi-mesures ne suffisent pas. Notre pays connaît une déliquescence de l’autorité et court un risque de désintégration. Cette situation d’une gravité exceptionnelle appelle un réarmement régalien et civique. C’est le sens de nos propositions formulées lors de notre convention pour vaincre l’islamisme, garantir l’autorité de l’Etat et assurer la cohésion nationale : 2020-11-17-lR-convention-autorite.pdf (republicains.fr)

Les députés des Républicains ont aussi proposé un contre-projet pour lutter contre l’islamisme radical avec 40 propositions consultables ici : file:///C:/Users/louisa/Downloads/Contre-projet-LR-se%CC%81paratisme.pdf

Étiquettes :
, ,