Hypothèse d’un report des élections régionales et départementales

Lors d’une concertation avec les élus sur la tenue des élections le 17 mars, le Premier ministre a laissé entendre que le report des élections régionales et départementales n’était pas écarté.

Dans une tribune du Figaro publiée le 21 mars, dix présidents de région demandent au gouvernement de ne pas repousser une deuxième fois, sous prétexte de crise sanitaire, les élections départementales et régionales.

Les élections départementales et régionales sont un moment important du fonctionnement démocratique de notre pays. Elles permettent à nos concitoyens de choisir les élus qui vont prendre en charge pendant six ans des politiques publiques importantes, en matière de solidarité, de développement économique, de mobilité, d’éducation ou d’emploi. Depuis mars 2020, 12 pays de l’Union européenne ont tenu des élections dont des élections présidentielles en Pologne ou au Portugal, des élections régionales en Allemagne ou en Autriche et des élections législatives aux Pays-Bas le 17 mars 2021. Il n’y a donc pas de raisons qui justifierait que les élections régionales et départementales ne se tiennent pas en France. Même si les conditions sanitaires empêchent de faire des réunions de campagne, il est possible de s’adapter, notamment via les outils numériques.

Trois pays de l’Union européenne prévoient d’ailleurs de tenir des élections d’ici fin juin (élections législatives en Bulgarie et à Chypre, élections régionales dans le Land de Saxe-Anhalt en Allemagne le 6 juin prochain). Par ailleurs, le Royaume-Uni organise ses élections locales et les élections législatives en Écosse et au pays de Galles le 6 mai 2021.

D’ailleurs, le gouvernement prévoit toujours de faire passer le baccalauréat à plus de 760 000 jeunes dans des « conditions normales » du 17 juin au 3 juillet prochain (Jean-Michel Blanquer, Le Parisien, 14 mars 2021).

Étiquettes :
,