Gestion accablante de la crise sanitaire par le gouvernement

La commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’impact, la gestion et les conséquences de la crise de Covid-19 a présenté son rapport le 2 décembre. Son rapporteur Éric Ciotti, a pointé une « absence de pilotage » et un « manque d’anticipation flagrant » entraînant une gestion « chaotique » de la situation. Le rapport dénonce notamment : 

–        Le désarmement de l’État entraînant une pénurie des stocks stratégiques lors du pic épidémique ; 

–        Les lourdeurs bureaucratiques tant au niveau national que territorial ; 

–        Un système de soins démuni, centré sur le seul hôpital ; 

–        Une mauvaise prise en charge de nos aînés.

Plusieurs propositions ont été énoncées : la création d’un ministère dédié à l’anticipation des crises, la restauration de la souveraineté sanitaire de la France, une décentralisation renforcée avec la création d’agences départementales de santé en remplacement des agences régionales de santé et le transfert de la compétence de gestion de la crise sanitaire aux préfets de département. 

Les députés de la majorité ont voté contre.

Fêtes de fin d’année :

Le gouvernement conseille une jauge de 6 adultes pour les fêtes de fin d’année. 

Vaccination :

Ce jeudi 3 décembre, le Premier ministre et le ministre des Solidarités et de la Santé ont présenté la stratégie du gouvernement pour la vaccination : 

·  – Un million de personnes vaccinées dans les premiers mois sur la base des recommandations de la Haute autorité pour la santé ; 

·       Le vaccin sera gratuit pour tous ;

Par ailleurs la Haute autorité pour la santé recommande une priorisation de vaccination, divisée en 5 phases : 

●      Les personnes âgées résidant en Ehpad doivent être vaccinées en priorité ainsi que les salariés de ces établissements. 

●      La deuxième phase devrait concerner l’ensemble des personnes âgées ainsi que les « professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire ».

●      La troisième phase prendra en charge « l’ensemble des personnes de plus de 50 ans ou de moins de 50 ans à risque » ainsi que les « professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays ».

●      La quatrième phase concernerait les personnes dont le travail augmente le risque d’infection (contact avec le public) et les personnes précaires

●      Enfin, la dernière phase concernerait le reste de la population

Dans un contexte de défiance vis-à-vis des vaccins, Emmanuel Macron veut créer un collectif de citoyens chargé de suivre le déroulement de la campagne de vaccination. Ils seront tirés au sort, sur le modèle de la Convention sur le climat.

Stations de ski :

Après avoir annoncé un assouplissement du confinement et prévu une potentielle sortie pour le 15 décembre, le gouvernement continue à instaurer des règles incohérentes. C’est notamment le cas pour les stations de ski : après avoir exclu l’ouverture de ces dernières pour les vacances de Noël en maintenant fermées les remontées mécaniques, Emmanuel Macron a annoncé le 1er décembre que le gouvernement envisageait de prendre des mesures restrictives et dissuasives pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger afin de ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France. La filière représente plus de 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et emploie plus de 120 000 personnes dans des territoires dont l’économie locale repose souvent pour l’essentiel sur ce secteur. 

Chiffres clés

Au 2 décembre 2020, la France comptabilise 14 064 nouveaux cas de coronavirus lors des 24 dernières heures. D’après le dernier bilan de Santé publique France, la France fait état de 313 morts à l’hôpital en 24h.

Le nombre de morts liés à cette épidémie en France s’élève désormais à 53 816 (contre un total de 17 812 en Allemagne). La France est le 13e pays le plus touché par l’épidémie avec une mortalité de 82 décès pour 100 000 habitants (l’Allemagne est le 66e pays le plus touché avec 21 décès pour 100 000 habitants). 

POSITION DES RÉPUBLICAINS 

Il faut préparer dès maintenant le déconfinement qui ne pourra être réussi qu’à condition de faire des tests massifs et un véritable isolement des personnes infectées. C’est ce que disait l’OMS ou le professeur Philippe Juvin dès le mois de mars. 

NOS PROPOSITIONS SANITAIRES 

Le gouvernement ne peut plus se permettre d’avoir un temps de retard sur l’épidémie, de multiplier les annonces contradictoires ou les propos mensongers. Il faut tout faire dès maintenant pour préparer et réussir le déconfinement.

Tester rapidement et massivement et isoler réellement les personnes infectées 

– Déployer massivement les tests antigéniques, notamment dans les écoles et dans les aéroports. 

– Isoler réellement les personnes infectées. 

– Renforcer massivement les contrôles aux frontières et mettre en quarantaine les étrangers arrivant sur notre sol, comme c’est le cas au Royaume-Uni. 

– Dépister régulièrement le personnel soignant et les enseignants et contrôler la température des élèves à l’entrée des établissements. 

– Voter d’ici la fin de l’année une loi de programmation de la santé pour cinq ans.

Préparer dès maintenant une campagne de vaccination massive

En Allemagne, une stratégie de vaccination massive a déjà été décidée. Une soixantaine de centres de vaccination doivent ouvrir le mois prochain dans les casernes ou les enceintes sportives. Étudiants en médecine, pompiers, médecins et bénévoles d’associations viendront en renfort pour vacciner les personnes âgées et à risques qui seront prioritaires. 

NOS PRINCIPALES PROPOSITIONS ÉCONOMIQUES

– Annuler les charges sociales et fiscales correspondant à la durée des deux confinements des TPE et PME les plus affectées par la crise sanitaire. 

– Soutenir le secteur de l’hôtellerie-restauration en réduisant la TVA de 10% à 5,5%. 

– Créer un fonds souverain qui additionnera les fonds de la BPI et de l’Agence des participations de l’État pour proposer aux Français des produits financiers et mobiliser leur épargne sur les secteurs stratégiques. 

– Instaurer un dispositif “zéro charge patronale” pour tout recrutement d’un apprenti. Le gouvernement a mis en place, dans son plan de relance, une aide financière de 5 000 euros pour un apprenti de moins de 18 ans, et de 8 000 euros pour un apprenti majeur. Il est préférable de transformer ce dispositif en une exonération de charges pérenne. 

– Aider les jeunes à accéder à leur premier emploi : les premiers six mois de salaire des jeunes diplômés embauchés par les entreprises pourraient être pris en charge par l’État (sur le modèle de prise en charge du chômage partiel) ; mesure suivie d’une exonération totale de cotisations sociales de deux ans pour l’entreprise avec un engagement d’un contrat en CDI.

– Permettre l’ouverture des stations de ski avant janvier en mettant en place le protocole sanitaire proposé par les acteurs du secteur.

Étiquettes :
,