Explosion de la délinquance en France en 2019 : le bilan désastreux de Christophe Castaner

Le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié le 17 décembre le bilan 2019 de la délinquance ; les chiffres sont particulièrement mauvais :

  • Comme en 2018, les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus enregistrés par les forces de l’ordre sont en 2019 en forte hausse, avec le plus haut niveau jamais enregistré : +8 % ; +21% en 3 ans. Cela représente plus de 700 agressions par jour.
  • Les violences sexuelles augmentent (54 100 faits enregistrés, +12 % en 2019, après une précédente hausse de +18% entre 2017 et 2018) ; on retrouve notamment une recrudescence des viols (+19% en 1 an).
  • Le nombre d’homicides augmente nettement en 2019 (970 victimes) alors qu’il était stable les deux dernières années.
  • Les escroqueries sont en forte progression en 2019 (+11%), ainsi que les vols sans violence contre des personnes (+3%) et les vols dans les véhicules (+1%).

Pour le criminologue Alain Bauer, « c’est le pire bilan qu’on ait vu depuis des années ».

Pour nous, Les Républicains, ces chiffres sont dramatiques, et tous les types de violences sont concernés par des augmentations massives.

Notre pays fait face à une flambée de violence inédite, et le gouvernement continue de minimiser la situation : 

–              En novembre dernier, alors que des policiers ont été pris pour cibles à Chanteloup-les-Vignes avec des tirs de mortiers, Edouard Philippe a qualifié leurs agresseurs d’une « petite bande d’imbéciles d’irresponsables ».

–              En juillet dernier, interrogé par Eric Ciotti en commission des Lois, Christophe Castaner se félicitait d’« une baisse de la délinquance en 2018, qui a été confortée en 2019 (…) les chiffres sont connus et ils sont publics ».

–              Christophe Castaner affirmait que « la prison est criminogène » (29 octobre 2018) et les peines de moins de 6 mois sont exécutés « par principe en dehors d’un établissement de détention » (Nicole Belloubet, le 25 septembre 2018).

Déjà depuis 2017, France est dans le peloton de tête européen de l’insécurité : 2e pays sur 28 pour le nombre de vols ramené à la population et 3e pays sur 28 pour le nombre d’agressions ramené à la population, mais 19e pays sur 28 pour le nombre de prisonniers ramené à la population (Eurostat).

A l’heure où certains jettent l’opprobre sur nos forces de l’ordre, nous leur réaffirmons notre total soutien. Nous appelons à la plus grande prudence sur le sujet des « violences policières », instrumentalisées pour nourrir la haine de la police. Nous sommes catégoriques : tout dérapage appelle une enquête de l’IGPN et des sanctions. C’est au gouvernement de donner l’exemple et accordant plus de moyens et de considération à ceux qui protègent quotidiennement les Français.

Notre parti est une force de proposition, il nous faut : 

–              Donner aux forces de l’ordre les moyens de faire leur travail alors que le budget d’équipement des forces de l’ordre baisse de 6% cette année (loi de finances pour 2020) ;

–              Instaurer des peines-plancher exemplaires, notamment pour tous ceux qui s’en prennent aux policiers, gendarmes, gardiens de prison et pompiers ;

–              Adopter une politique pénale beaucoup plus ferme : la place des criminels est en prison ;

–              Construire en urgence 15 000 nouvelles places de prison alors qu’Emmanuel Macron a divisé par trois son objectif de nouvelles places de prison sur le mandat ;

–              Abaisser la majorité pénale à 16 ans pour répondre à la violence d’une délinquance de plus en plus précoce ;

–              Suspendre les allocations familiales des parents d’élèves absentéistes ou violents ;

–              Rétablir la double peine pour expulser les étrangers délinquants et criminels alors que plus d’un prisonnier sur cinq est aujourd’hui de nationalité étrangère (de l’ordre de 15 000).