Question écrite par Bernard Brochand

Bernard Brochand saisit le Premier Ministre sur la production française de chloroquine

Bernard Brochand a souhaité saisir Monsieur le Premier Ministre lors des questions d’actualité au Gouvernement du mardi 7 avril à 15h00 mais sa question n’a malheureusement pas été retenue par le Groupe Les Républicains. En effet, au vu des circonstances actuelles, le groupe Les Républicains ne dispose que de quatre possibilités d’intervention pour l’ensemble de ses députés lors des séances à l’Assemblée Nationale.

Il a donc décidé de transformer cette question orale en question écrite afin qu’une réponse claire puisse être apportée à l’ensemble de ses concitoyens concernant le problème d’approvisionnement de la chloroquine au niveau national.

Voici le texte de cette question :

La chloroquine semble être le traitement dont nous devrions avoir rapidement besoin pour soigner le coronavirus. Si les études en cours confirmaient l’efficacité de ce médicament,  le pays ne pourrait pas se passer d’une production nationale.

Or la seule usine française à produire de la chloroquine et de l’azithromycine avec autorisation de mise sur le marché français est la société Famar à St Genis Laval près de Lyon.

Cette société a été mise en redressement judiciaire en juin 2019 et risque de fermer ses portes en juin 2020 faute de repreneur. Propriété d’un fonds de pension américain, elle emploie 250 salariés et elle a pour principaux clients Sanofi et Merck.

Elle dispose de 150 000 boites de Nivaquine en stock et sa production pourrait reprendre rapidement sous réserve qu’elle puisse se procurer les matières premières nécessaires.

L’heure est grave et nous ne pouvons pas attendre !

Alors Monsieur le Premier Ministre, pouvez-vous assurer la représentation nationale que vous prendrez toutes les dispositions nécessaires auprès des autorités compétentes, pour que cette usine stratégique ne ferme pas ses portes en juin prochain, privant alors les français malades d’un traitement qui pourrait les sauver ?