BERNARD BROCHAND INTERPELLE FRÉDÉRIC SANAUR EN COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES

Le mercredi 27 mars, Bernard Brochand est intervenu en Commission des Affaires Culturelles, lors de l’audition de M. Frédéric Sanaur, préfigurateur de l’Agence du sport.

Voici la question de Bernard Brochand transmise à Monsieur Sanaur avant son audition:

« Je me félicite de la création de cette nouvelle entité chargée notamment du sport de haut niveau. Je souhaitais justement demander à Monsieur Sanaur s’il avait eu l’occasion de prendre connaissance de la proposition de loi que je viens de déposer visant à la création d’un fonds de soutien aux sportifs de haut niveau en vue de leur préparation pour les Jeux Olympiques.
Ce texte vise plus particulièrement les athlètes ne bénéficiant pas de moyens financiers suffisants pour une préparation sereine et qui sont souvent dans l’obligation de cumuler leur discipline sportive avec une activité professionnelle. Le fonds de soutien que je propose de mettre en place pourrait d’ailleurs être géré par l’Agence du Sport plutôt que par le Ministère des Sports.
Aussi, je souhaiterais connaître l’opinion de Monsieur Frédéric Sanaur sur ce sujet et savoir quelles sont les projets de l’Agence pour aider ces sportifs méritants ? »

Réponse de Frédéric Sanaur :

Concernant les moyens financiers donnés aux athlètes, ceci fera pleinement partie de la réflexion et de la politique qui seront développées autour de la haute performance et du haut niveau. Avant notre échange, je revoyais ce matin le tableau des médailles des Jeux Olympiques de Rio en 2016. On se rend compte que sur les 42 médailles françaises, si elles avaient été en bronze nous aurions été à la 50ème place, mais si ces 42 médailles avaient été en or, nous serions dans les 2 premiers. L’enjeu est bien de préparer et d’être le plus précis possible dans tout ce qui va être lié à la culture de la performance et de la haute performance pour favoriser le fait que les athlètes puissent se concentrer sur leurs résultats sportifs et sur leurs préparations sportives. Ce travail est déjà développé au sein des fédérations au quotidien et l’expertise est donc dans les fédérations, auprès des entraineurs nationaux, et dans ce cadre-là l’Agence ne va pas forcément apporter de plus-value d’expertise.

Par contre, tous les moyens mis en place autour de la performance, notamment le suivi socio-professionnel et la question des bourses pour pouvoir avoir un certain niveau de vie et de rémunération, permettront de se concentrer sur sa pratique sportive de haut niveau afin de franchir un cap et peut-être de passer de la 5ème place mondiale à la 3ème ou à la 2ème. Les enjeux sont positionnés de cette manière-là. Je vous invite à m’envoyer votre proposition de loi, je la regarderai avec toute l’équipe du Ministère des Sports.  

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’intervention de Monsieur le Député ainsi que la réponse de Monsieur Sanaur en visionnant la vidéo suivante.