Question écrite par Bernard Brochand

Bernard Brochand interroge le Secrétaire d’Etat chargé du Numérique sur la souveraineté de la France en matière de transport des données numériques par câbles sous-marins

Bernard Brochand attire l’attention du Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Économie et des Finances et du Ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique sur l’enjeu des câbles sous-marins à fibres optiques.

Ils assurent 99% du transport des données numériques (4 milliards de personnes sont connectées à Internet soit plus de la moitié de l’humanité) alors que les communications par satellites comptent pour moins de 1%.

La France, jusqu’à ce jour, est un acteur majeur de la production et de la pose de ces câbles. Notre pays dispose de vingt atterrissements de câbles sous-marins en Bretagne et Normandie (transatlantiques) et à Marseille (Asie et Chine). 

Quatre grands acteurs sont présents : la France et les Etats-Unis en première place, puis le Japon qui devrait être rapidement dépassé par la Chine (Huawei Marine). Afin de ne plus dépendre des opérateurs de télécoms, les GAFAM (Google Amazon Facebook Microsoft) on investit des sommes considérables dans cette industrie.

Ainsi le câble sous-marin Marea qui relie les Etat-Unis à Bilbao en Espagne a été financé par Microsoft et Facebook. L’industrie du câble sous-marin à fibres optiques revêt une dimension hautement stratégique : au-delà de l’interception des communications transitant par ces câbles, la coupure accidentelle ou volontaire représente un réel problème géopolitique en termes de sécurité.

Aussi, il souhaiterait savoir comment la France entend, d’une part, garder son rôle prédominant sur ce marché, et d’autre part se prémunir des dangers qui pourraient survenir afin d’assurer la sécurité des communications de notre pays, éléments essentiels de notre indépendance nationale.