Question écrite par Bernard Brochand

Bernard Brochand interroge le Ministre de l’Action et des Comptes Publics

Monsieur Bernard Brochand attire l’attention de M. le Ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les conséquences budgétaires de la crise économique engendrée par la crise sanitaire.

Dans le droit fil des propos du président de la République qui s’est engagé à soutenir l’économie « quoi qu’il en coûte », le deuxième projet de loi de finances rectificative présenté en conseil des ministres, le 15 avril, contient de nouvelles mesures qui portent le coût total supplémentaire pour les finances publiques à 100 milliards d’euros, le déficit budgétaire s’établissant alors à 7,6 % du PIB tandis que la dette pourrait atteindre 112 % du PIB fin 2020.

Ce coût annoncé risque encore d’augmenter en fonction de la durée de la crise, certains l’évaluant déjà à plus de 150 milliards d’euros.

Etant donné l’ampleur des sommes en jeu et le recours à l’endettement, il lui demande de bien vouloir d’une part lui confirmer ses propos (Les Echos du 11 avril) selon lesquels « il ne pense pas que plus d’impôts puisse être la solution à la crise » et, d’autre part, lui indiquer quelles sont les pistes d’économies qui sont d’ores et déjà envisagées pour tenter de compenser ces dépenses astronomiques.